mercredi 15 juin 2016

Souci de soi, souci de l'autre




Connectez-vous à vous-même (Search Inside Yourself) par Chade-Meng Tan.

« Partant du principe qu'un bon employé est un employé bien dans sa peau, Chade-Meng Tan a élaboré une série d'exercices simples et parfaitement adaptés à notre rythme de vie pour nous apprendre à méditer en pleine conscience. Et surtout en tirer tous les bénéfices : sentiment de relaxation, capacité de concentration aiguisée, développement de la créativité et de l'empathie, construction de relations saines et fructueuses... » (Editions Belfond)

Ce bestseller introduit la méthode développée par Meng, ancien ingénieur de Google, et enseignée par l’institut leadership Search Inside Yourself, qui a pu ainsi aider des cadres[1] des 100 meilleures entreprises, « non seulement de se sentir mieux, mais aussi d'être plus performant dans sa vie tant professionnelle, que personnelle » (Huffington Post)

Il n’y a rien à redire sur la méthode de Meng qui a fait un excellent travail y compris au niveau terminologique[2]. La méthode associe en fait le développement de l’intelligence émotionnelle à la méthode de pleine conscience déjà connue. Les deux grands maîtres à penser de Meng sont Daniel Goleman et Jon Kabat-Zinn. Le moine Matthieu Ricard, dont les tests en laboratoire ont fait l’homme le plus heureux de la planète fut également une source d’inspiration pour Meng. Les pouvoirs (siddhi) qui semblent avoir particulièrement inspiré Meng furent sa capacité de bonheur, de calme imperturbable[3] et de lecture de micro-expressions[4] sur le visage des autres (abhijñā), à la façon « Lie to me » (Paul Ekman).

Je passe ici sur l’aspect pleine conscience. L’intelligence émotionnelle est un ensemble de compétences émotionnelles que l’on peut apprendre et développer[5]. Elle est définie ainsi par Peter Salovey et John D. Mayer :
« La capacité à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à les comprendre et à raisonner avec elles, ainsi qu'à les réguler chez soi et chez les autres »[6].
Meng raconte que dans sa jeunesse il fut très malheureux par défaut. C’est-à-dire que si rien de bien n’arriva, il était malheureux. Sa compréhension actuelle est le contraire, il est heureux par défaut, et si rien de mal n’arrive, il est heureux. C’est une façon très simple de parler du potentiel d'éveil (sct. tathāgatagarbha). Ce qui recouvre ce bonheur par défaut, ce sont les processus mentaux et émotionnels qui peuvent nous faire oublier que le bonheur est là par défaut. Les exercices de pleine conscience et d’intelligence émotionnelle peuvent aider à faire prendre conscience du bonheur par défaut et de la nature des processus mentaux et émotionnels. Nous ne sommes pas les processus mentaux et émotionnels, qui changent sans cesse et que nous pouvons par ailleurs changer pour le meilleur et pour le pire, selon les conventions (sct. vyavahāra)...

Les exercices de Connectez-vous à vous-même, basés sur le phénomène de neuroplasticité, vous permettront de faire du profit, de traverser les océans à la rame et de changer le monde[7], bref peuvent faire de vous un trader parfaitement épanoui, un yogi millionnaire et même un chef des armées à la fois efficace et aimé de tous[8].

C’est bien de réussir dans la vie et dans les affaires, mais pour un bouddhiste le bonheur qui vient de la réussite n’est pas le bonheur par défaut, dont parlait Meng. Un bouddhiste dirait que le bonheur par défaut est indépendant des [huit] soucis mondains (tib. ‘jig rten chos brgyad)[9], tout comme le Dharma. Le seul souci qui est vraiment conforme au Dharma est le souci de l’autre. Je me réjouis évidemment d’avoir des élites heureuses et épanouies, pleinement connectées à leur bonheur par défaut, mais permettez-moi de me faire du souci pour le souci de l’autre.

Une anecdote des plus grands rabats-joie du bouddhisme tibétain, les kadampa

« Une autre fois, à Radreng, un sieur (tib. jo bo[10]) était en train de faire des circumambulations autour du terrain du monastère. Dromteunpa lui demanda : « Sieur, faire des circumambulations peut certes être bien (tib. glo ba dga'), mais n'est-ce pas préférable que vous pratiquiez le Dharma ? »

Le sieur pensa que plutôt que de faire des circumambulations, il serait en effet préférable qu’il récite quelques sūtra du Mahāyāna. Il s’assit sur le parvis du temple et commença à réciter des sūtra. Dromteunpa lui fit alors : « Lire le Dharma est très bien aussi, mais ne serait-ce pas préférable que vous pratiquiez le Dharma ? »

[Le sieur] pensa alors que plutôt que de réciter des sūtra, il pourrait faire de la méditation. Il rangea ses textes et s’assit les yeux fermés. Dromteunpa lui dit : « Méditer est évidemment bien, mais ne serait-ce pas préférable que vous pratiquiez le Dharma ? »

Comme il ne trouva plus d’autre chose (sct. upāya) à faire, il dit : « Maître, quel dharma dois-je alors pratiquer ? » Dromteunpa répondit : « Détachez-vous des affaires de la vie, détachez-vous des affaires de la vie ! » (tib. tshe ‘di blos thongs).

Dromteunpa expliqua que tant que nous ne nous détachons pas des affaires de la vie, quoique nous pratiquions ne deviendra pas le Dharma, puisque si nos actes n’échappent pas à l’emprise des huit soucis mondains (tib. ‘jig rten chos brgyad), nos pensées ne sortiront pas du cadre des affaires de la vie. En revanche, si nous nous détachons des pensées relatives aux affaires de la vie, les huit soucis n’y seront plus mêlés et nous serons véritablement engagés sur la voie de la libération. »[11]

***

[1] « Our teachers and coaches have helped senior executives and upper management at Fortune 100 companies, worked in the world’s top neuroscience labs and held prominent executive positions in leading companies. » Source Siyli

[2] « For example, where traditional contemplatives would talk about “deeper awareness of emotion,” I would say “perceiving the process of emotion at a higher resolution,” then further explaining it as the ability to perceive an emotion the moment it is arising, the moment it is ceasing, and all the subtle changes in between. »

[3] « He became the first person known to science able to inhibit the body’s natural startle reflex—quick facial muscle spasms in response to loud, sudden noises. Like all reflexes, this one is supposed to be outside the realm of voluntary control, but Matthieu can control it in meditation. »

[4] « Matthieu also turns out to be an expert at detecting fleeting facial expression of emotions known as microexpressions. It is possible to train people to detect and read microexpressions, but Matthieu and one other meditator, both untrained, were measured in the lab and performed two standard deviations better than the norm, outperforming all the trained professionals. »

[5] « Emotional intelligence is a collection of emotional skills and, like all skills, emotional skills are trainable. »

[6] « The ability to monitor one’s own and others’ feelings and emotions, to discriminate among them and to use this information to guide one’s thinking and actions. »

[7] Chapitre 6, Making Profits, Rowing Across Oceans, and Changing the World. Plaisir, passion et un objectif supérieur (?).

[8] « Another study by leadership expert Wallace Bachman showed that the most effective U.S. Navy commanders are “more positive and outgoing, more emotionally expressive and dramatic, warmer and more sociable (including smiling more), friendlier and more democratic, more cooperative, more likable and ‘fun to be with,’ more appreciative and trustful, and even gentler than those who were merely average. »

[9] Le plaisir et la douleur, le gain et la perte, la louange et le blâme, la célébrité et la disgrâce.

[10] 1) older brother; 2) principal 1 among gods or humans; 3) Jo Bo statue; 4) nobleman, man of high rank, lord; 5) the Buddha

[11] Extrait de « Conseils divers des saints Kadampas » (tib. bka' gdams kyi skyes bu dam pa rnams kyi gsung bgros thor bu ba rnams p. 19-20). Yang rwa sgren du/ jo bo cig gis phyi bskor byas pas/ dge bshes ston pa’i zhal nas/ jo bo skor ba byed pa yang glo ba dga’ ste/ de bas chos cig rang byas na mi dga’ ‘am gsung*/ der [20] jo bo de’i bsam pa la/ skor ba byed pa las kyang theg pa chen po’i mdo klag pa khebs che’am snyam nas/ kun dga’ ra ba’i khyams su mdo bklags pas/ ston pa’i zhal nas/ chos klog pa yang glo ba dga’ ste/ de bas kyang chos cig rang byas na mi dga’ ‘am gsung*/ yang kho’i bsam pa la/ klog pa bas kyang ting nge ‘dzin bsgoms na khyé che ba’i brda yin nam snyam nas/ klog pa bshol nas mal du mig zim me bsdad pas/ yang ston pa’i zhal nas/ sgom pa yang glo ba dga’ ste/ de bas kyang chos cig rang byas na mi dga’ ‘am gsung*/ der khos gzhan bya thabs ma rnyed nas/ dge bshes pa lags/ ‘o na bdag gis chos ji lta bu cig bgyi zhus pas/ ston pa’i zhal nas/ jo bo tshe ‘di blos thongs/ tshe ‘di blos thongs gsung skad/ des na tshe ‘di blos ma thongs na ci byas kyang chos su ma song ste/ ‘jig rten chos brgyad las ma ‘das la/ tshe ‘di’i rnam par rtog pa blos thongs na ci byas chos brgyad dang ma ‘dres pas thar pa’i lam du song ba yin gsung*/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...