vendredi 26 juin 2015

Publication : Chants de plénitude



En 1959, suite à l’invasion chinoise, le 16e Karmapa Rangjoung Rigpai Dorjé (1924-1981), s’enfuit du Tibet en compagnie de 160 étudiants de Tsourphou et se réfugia au Bhoutan. Le roi du Sikhim lui offrit un terrain ou fut construit en 1966 le monastère de Rumtek. Lors de la fondation du Karma Śri Nalanda Institute for Higher Buddhist Studies (KSNI), il avait fait une sélection des traités à inclure dans le programme d’études et avait désigné certains textes comme les bases canoniques de la mahāmudrā, parmi lesquelles figurent le Samādhirājasūtra et le Mahāyanottara-tantraśāstra / Ratnagotravibhāga.

Il estimait que de toutes les méditations, la mahāmudrā serait la plus profitable aux Occidentaux, parce qu’elle approche directement la conscience et que de ce fait elle est accessible à toutes les cultures. Faisant suite à ce souhait, le maître contemporain Thrangu Rinpoché mit l’accent sur l’enseignement de la mahāmudrā afin de le rendre disponible pour tous ceux qui s’y intéressent ou souhaitent le pratiquer [1].

C’est également à Rumtek que fut édité, gravé et imprimé (dans les années 1970) sous les instructions du 16e Karmapa cette collection de huit anthologies de distiques attribuées à quelques grands noms de la lignée de transmission de la mahāmudrā. Elle faisait déjà partie d’une collection [2] des œuvres principales des écoles Droukpa Kagyu et Nyingma en 31 volumes. Cette collection était la représentation scripturaire de la fusion des deux écoles, telle qu’elle était conçue par Togden Shakya Shri (1853-1919). Le texte édité à Rumtek se présente comme une œuvre unique et contient en plus un colophon avec un poème du 16e Karmapa. Il a été imprimé par un certain Tsedeun de Lithang.

Ce texte est une collection de huit anthologies de distiques (sct. dohākoṣa), attribuées à des maîtres indiens, le plus souvent des mahāsiddhas, et qui contiennent des instructions sur la mahāmudrā. Il contient ainsi des chants attribués à Śavaripa (Saraha), Virūpa, Tailopa, Kṛṣṇavajra, Maitripāda (Saraha) et Nāropa. Les traductions tibétaines ont été attribuées à Vairocanavajra et à Marpa.

Actuellement, le rôle des dohākoṣa est expliqué de la façon suivante par Thrangu Rinpoché :
« Cette dernière catégorie se présente souvent sous forme de chants, qu’on appelle “dohā” en sanskrit. C’est la catégorie la plus importante dans nos études, parce que grâce à leur forme et leur expression, on s’en souvient facilement. Comme on s’en souvient facilement, ces instructions sont faciles à utiliser dans notre pratique. Elles sont profondes et brèves. C’est pourquoi nous étudions parmi les dohā indiens, ceux écrits par des mahāsiddhas indiens comme Tailopa et Nāropa. Au Tibet, nous étudions les chants de tous les maîtres de la lignée Kagyu et en particulier ceux de Jetsun Milarépa. Ce genre de chants d’instruction et de réalisation est facile à comprendre. Il est alors facile à utiliser pour guider et toucher votre esprit, qu’on les lise ou qu’on les entende. Ils sont toujours utilisés comme la base la plus importante ou principale pour étudier [3]. »
« Inutile de manipuler la pensée qui est naturellement authentique
Ne la retiens pas, laisse-la s’épanouir librement et vaquer à son gré
Si tu n’y as pas accès, ce n’est pas une méditation intellectuelle qui y arrivera

Pour ceux qui y ont accès, il n’y a ni objet ni agent de méditation. »

La traduction est publiée sous le titre « Chants de plénitude » par les éditions Yogi-Ling (La Galerie 03160 Ygrande), avec le soutien de la fondation Tsadra, New York. ISBN 978-2-911-41726-9

Version bilingue (tibétain/français), format 15 x 24 cm, couverture cartonnée : 204 pages : Prix public : 20 €

En vente chez Yogi Ling, ou chez DG Diffusion. En vente partout à partir du 12 octobre 2015.

MàJ 07082015 Voir l'article de Matthew Kapstein sur un des chants de la collection.

***

[1] Extrait du Synopsis de Ocean of the Ultimate Meaning, commentaire de Thrangu Rinpoché sur le traité sur la mahāmudrā du même titre, composé par le 9e Karmapa Wangchuk Dorje (1556-1603), Shambhala Publications, 2004.

[2] Titre : “dkar rnying gi skyes chen du ma'i phyag rdzogs kyi gdams ngag gnad bsdus nyer mkho rin po che'i gter mdzod », abrégé en “rtsibs ri'i par ma”. “Une collection des manuels de pratique essentiels des lignées Droukpa Kagyupa et Nyingmapa, reflétant la fusion de la Mahāmudrā et du Dzogchen, telle qu’enseignée par Togden Shakya Shri (1853-1919). Cette collection fut compilée et gravée sur des planches en bois par l’érudit Ladakhi Tripon Pema Chogyal (1876/1878-1958/1959)”.

[3] Shenpen Ösel , May 2001 Volume 5, Number 1 , Creation and Completion By Khenchen Thrangu Rinpoché, Essential Points for Approaching the Path of Tantric Meditation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...