jeudi 21 avril 2011

Le "subitisme" d'Atisha


Les Instructions de la remémoration unique ou de la compréhension intuitive simultanée.

En lange indienne : Ekasmṛtyupadeśa
En tibétain : dran pa gcig pa'i man ngag[1] / [ci car 'jug pa'i man ngag]

Hommage au bienheureux Seigneur du monde
Après m'être respectueusement incliné devant l'omniscient
Et ayant rendu hommage à Ārya Nāgārjuna,
Moi, Avadhūtipa[2],
J'écrirai ici les instructions de l'éntrée simultanée/la compréhension intuitive simultanée.

A partir de la première génération de la motivation du candidat-bouddha, jusqu'à la grande consécration (S. abhiṣeka)[3], il y a deux choses à développer : la lucidité (S. prajñā) et l'engagement altruiste (S. upāya).

La lucidité (S. prajñā) consiste en le savoir que tous les faits psychiques ne sont pas produits depuis l'origine et qu'ils ne sont autres que l'élément des faits psychiques (S. dharmadhātu). Elle se pratique par une culture mentale continue, jour et nuit, du commencement jusqu'à la consécration[4].

L'engagement altruiste (S. upāya) consiste en la pensée d'éveil qui ne renonce pas aux êtres. La pratique [des expédients] est de consacrer tous les actes mentaux, verbaux ou physiques, directement ou indirectement, à tous les êtres. Il se pratique en deux phases. Une phase pendant laquelle on se réfère aux êtres, puis une phase sans ne se référer à rien.

Ces phases sont opaques pour les non-instruits et transparents pour les instruits.
Au moment où le corps des qualités (S. dharmakāya) se manifeste, il se dote de lucidité et quand elle devient de l'intuition, elle perdurera.

[Le dharmakāya] n'est pas doté d'actes de lucidité, mais c'est en se familiarisant [avec la lucidité] qu'elle est parfaite. Les actes de l'engagement altruiste se réalisent sans référence,
naturellement et spontanément et se produisent sans effort.

Les candidats-bouddha débutants, puisqu'ils ont encore [la notion du] soi dans les individus, conçoivent des "êtres" et engendrent de la compassion pour eux. En se familiarisant [avec la lucidité] [ils vont découvrir que] "les êtres" n'est que le nom donné à des entités éphémères sans existence autonome. En pensant qu'il n'y a rien d'autre à part les agrégats (S. skandha) interdépendants, les éléments, et les domaines sensoriels (S. āyatana), ou en pensant que ces choses ne sont au fond que conscience (S. svacitta), [les candidats-bouddha] engendrent de la compassion pour ceux qui souffrent de ce fait.

En l'état d'éveil il n'y a plus d'objets sur lesquels s'appuyer. Voici ce qu'en dit Les questions de Suvikrāntavikrāmi[5] (S. Suvikrāntavikrāmi-paripṛcchā-prajñā-pāramitā-nirdeśa T. rab kyi rtsal gyis rnam par gnon pas zhus pa shes rab kyi pha rol tu phyin pa bstan pa) :
"L'intuition de l'éveillé, le bienheureux, ne voit rien.
Alors, y a-t-il bien une intuition ou pas à ce moment ? Ārya Nāgārjuna ne l'a pas précisé. Voilà ce qu'il en dit :
"En ce qui concerne l'esprit, aucun éveillé
Ne l'a vu, ne le voit ou ne le verra.
L'être propre sans être propre
Comment pourrait-on le voir ?"
Les instructions médiates :
En dehors du bien d'autrui, n'ayez pas de préoccupations. Ainsi, le bien d'autrui est l'aspect principal du fruit qu'il faut espérer.
Voici ce qu'a dit Ārya Nāgārjuna à ce propos :
"Le meilleur intérêt d'autrui
Est l'aspect principal du fruit à espérer
L'état de bouddha etc. est différent
Il faut l'espérer comme le fruit de [l'intérêt d'autrui]."
Les instructions pour pénétrer le réel (S. tattvāvatarā T. de kho na nyid la 'jug pa[6]) doivent aussi se fonder sur l'intellect.

Interrogé par [son traducteur] Tsul khrims rgyal ba, Atiśa ajoute :"Ici je l'expose de façon résumée. Pour la version extensive il faudra regarder les instructions de Nāgārjuna et les sūtra du Mahāyāna."
Les instructions de la compréhension intuitive simultanée ont été composées par le paṇḍita Dīpaṃkaraśrījñāna. Elles ont été traduites par le paṇḍita lui-même et par Tsul khrims rgyal ba.

***

[1] dran pa gcig pa'i man ngag toh: 3928; 4476 DGTG mdo vol. ki, pp. 94v-95v
[2] Ou bien Avadhūtipa est tout simplement la transposition du terme avadhūta, ou bien c'est un des noms d'Atiśa. Si c'est un nom d'Atiśa, on peut émettre l'hypothèse qu'Atiśa était Avadhūtipa junior, puisqu'il y avait un Avadhūtipa sénior.
[3] La "grande consécration" signifie ici sans doute la consécration d'un candidat-bouddha au terme de sa carrière de bodhisattva, à l'instar de Maitreya qui s'est fait consacrer dans le ciel de Tuṣita.
[4] Voir ci-dessus, il ne s'agit pas d'une consécration tantrique.
[5] Traduit en français par Georges Driessens dans "La perfection de la sagesse", pp. 47-50
[6] Il existe un texte de ce titre composé par Śrījñānakīrti (dpal ye shes grags pa), un maître de Maitrīpa et sans doute aussi d'Atiśa.

@94B.3 #, ,RGYA GAR SKAD DU, AE KA SMRi TI AU PA DE SHA ,BOD SKAD
DU, DRAN PA GCIG PA'I MAN NGAG ,BCOM LDAN 'DAS 'JIG RTEN DBANG
PHYUG LA PHYAG 'TSAL LO, ,THAMS CAD MKHYEN LA GUS BTUD DE, ,'PHAGS
PA KLU SGRUB PHYAG 'TSAL NAS, ,AA BA DH'U T'I BDAG GIS NI, ,
CIG CAR 'JUG PA'I MAN NGAG BRI, ,'DIR BYANG CHUB SEMS DPA' SEMS
DANG PO BSKYED PA NAS NYE BAR BZUNG STE, DBANG BSKUR CHEN PO MA
THOB KYI BAR DE SRID DU DE'I BYA BA NI GNYIS TE, SHES RAB KYI
BYA BA DANG, THABS KYI BYA BA'O, ,DE LA SHES RAB NI CHOS THAMS
CAD GDOD MA NAS MA SKYES PA
DANG PO NYID NAS CHOS KYI DBYINGS NYID DU SHES PA'O, ,DE'I BYA
BA NI LAS DANG PO PA DE NYID NAS JI SRID DBANG BSKUR BA MA THOB
KYI BAR DE SRID DU NYIN MTSAN DUS RTAG TU DE NYID BSGOM PA'O,
,THABS NI SEMS CAN MI GTONG BA'I BYANG CHUB KYI SEMS SO, ,DE'I
BYA BA NI LUS DANG NGAG DANG YID KYI BYA BA THAMS CAD
SEMS CAN THAMS CAD KYI CHED MA YIN PA CI YANG MED DE, DNGOS SAM
BRGYUD PAS SO, ,'DI YANG SEMS CAN LA DMIGS PA DANG, DMIGS PA MED
PA'I RIM PA'O, ,DE'I RIM PA NI 'DI YIN TE, MI MKHAS PA RAB RIB
CAN DANG, MKHAS PA RAB RIB DANGS PA'O, ,GANG GI TSE CHOS KYI SKU
MNGON SUM
@95A *, ,DU MDZAD PHAN CHAD SHES RAB MNGA' STE YE SHES NYID DU
GYUR NAS GNAS SO, ,SHES RAB KYI BYA BA NI MI MNGA' STE GOMS NAS
MTHAR PHYIN PA'I PHYIR RO, ,THABS DE'I BYA BA NI DMIGS PA MED
PA, RANG GI NGANG GIS LHUN GYIS GRUB PA DANG, 'BAD PA DANG RTZOL
BA MED PAR
'BYUNG NGO, ,BYANG CHUB SEMS DPA' LAS DANG PO PAS NI GANG ZAG GI
BDAG YOD PAS SEMS CAN ZHES BRTAGS SHING DES SDUG BSNGAL BA LA
SNYING RJE BSKYED DO, ,DES NA GOMS NAS NI SEMS CAN ZHES BYA BA
NI DANG PO NYID NAS MED KYI, GLO BUR DU MING DU BTAGS PAR ZAD
DO, ,GZHAN DU NA
RTEN 'BREL GYI PHUNG PO DANG KHAMS DANG SKYE MCHED TZAM ZHIG LAS
GZHAN 'DI NA CI YANG MED DO SNYAM DU RTOGS PA DANG, YANG 'DI DAG
NI RANG GI SEMS 'BA' ZHIG TU ZAD KYI, GZHAN 'DI NA CI YANG MED
DO SNYAM DU RTOGS NA DES SDUG BSNGAL BA RNAMS LA SNYING RJE
SKYE'O, ,GANG GI TSE SANGS RGYAS KYI SA LA MI
DMIGS PA'I YUL MED DE, 'PHAGS PA RAB KYI RTZAL GYIS RNAM PAR
GNON PAS ZHUS PA LAS JI SKAD DU, SANGS RGYAS BCOM LDAN 'DAS KYI
YE SHES KYIS CI YANG MI GZIGS TE, DE CI'I PHYIR ZHE NA, YE SHES
KYI YUL MI MNGA' BA'I PHYIR RO ZHES GSUNGS SO, ,'O NA DUS DE NA
YE SHES YOD DAM
MED CE NA, 'PHAGS PA KLU SGRUB MI BZHED DE, JI SKAD DU, SEMS NI
SANGS RGYAS THAMS CAD KYIS, ,MA GZIGS MI GZIGS GZIGS MI 'GYUR,
,RANG BZHIN MED PA'I RANG BZHIN LA, ,CI LTA BU ZHIG GZIGS PAR
'GYUR, ,ZHES GSUNGS PA DANG, BRGYUD PA'I MAN NGAG 'DI YIN
NO; ,DES NA GZHAN GYI DON LAS MA GTOGS PA BYA BA GZHAN CI YANG
MI MNGA' LA, 'DI LTAR GZHAN GYI DON NI 'DOD PAR BYA BA'I DON GYI
'BRAS BU'I GTZO BO YIN TE, JI SKAD DU, 'PHAGS PA KLU SGRUB KYI
ZHAL SNGA NAS, GZHAN DON PHUN SUM TSOGS PA NI, ,'BRAS BU'I GTZO
BO YIN PAR
'DOD, ,SANGS RGYAS NYID SOGS DE LAS GZHAN, ,DE DAG DON GYI 'BRAS
BUR 'DOD, ,CES GSUNGS SO, ,DE KHO NA NYID LA 'JUG PA'I MAN NGAG
KYANG BLO LA GNAS PAR BYA'O, ,TSUL KHRIMS RGYAL BAS BSKUL BA
YIS, ,'DIR NI BSDUS NAS BSTAN PA YIN, ,RGYAS PAR KLU SGRUB GDAMS
@95B NGAG DANG, ,THEG CHEN MDO SDE LTA BAR GYIS, ,CI CAR 'JUG
PA'I MAN NGAG PAndI TA D'I PAm KA RA SHR'I DZNY'A NAS MDZAD PA
RDZOGS SO,, ,,PAndI TA DE NYID DANG LO TZ'A BA TSUL KHRIMS RGYAL
BAS BSGYUR BA'O,,



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...