dimanche 3 octobre 2010

Trois concepts-clés chez Bergson

Trois concepts-clés chez Bergson vus par Bertrand Méheust.

1. Le moi superficiel
"Il est déterminé par la vie sociale, et en cela constitue une couche superficielle de notre expérience. Il est contaminé par l'espace et le prêt-à-porter du langage."[1] C'est un moi représenté".

2. Le moi profond
"Ce moi n'est plus un moi représenté, c'est un moi immédiatement vu et agi ; sa plus haute expression est l'acte libre. Il totalise les actes fragmentés, dissociés, que le langage avait juxtaposés".

3. L'intuition
"C'est la réunion des opposés, c'est l'intelligence à laquelle serait insufflée l'immédiateté de l'instinct". Elle est la "connaissance immédiate, en toute chose, de la durée comme réalité ultime".[2]

"Quand ce mode de rapport au réel est rapport à soi-même, le moi profond émerge et se traduit en actes libres. Si nous avons bien compris la pensée difficile de Bergson, le moi profond est le moi s'intuitionnant lui-même au lieu de se percevoir de façon médiate à travers le voile de la spatialité et du langage."

***

[1] Bertrand Méheust, Somnambulisme et médiumnité, Le choc des sciences psychiques p. 246
[2] Frédéric Worms, Le vocabulaire de Bergson p. 38

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...