vendredi 22 octobre 2010

Dix textes canoniques sur la Mahamudra



Selon le moine historien Gö zhönnu pel (1392-1481), quand Vajrapāṇi (1007-) était âgé et habitait en Inde orientale, un certain Nakpo sherdé (nag po sher dad) de Ngari (mnga ris) était venu le voir. Il serait reparti avec une série de dix textes sur la Mahāmudrā (T. Phyag rgya chen po’i chos bcu), que Gö classe parmi "les traductions tardives" (phyi 'gyur), et qu'il avait par la suite diffusé au Tibet. Nakpo était le disciple de Gö lotsāwa (T. 'gos lo tsā ba, pas notre historien Gö zhönnu pel). Il aurait fondé un monastère à Zhungdruna (gzhung gru sna) [1] et il aurait été empoisonné par ses moines. Il avait transmis les instructions à son disciple Lama So qui était également un disciple de Kor chungwa (skor chung ba 1062-). Lama So les transmit à Lama Rokdé (rog bde). Du vivant de l'historien Gö, cette lignée n'existait plus [2].

Le 7ème Karmapa Chödrak Gyamtso (chos grags rgya mtsho 1454–1506), avait regroupé les diverses collections de textes sur la Mahāmudrā dans une grande collection appelée "Grande collection de la Mahāmudrā" (phyag chen rgya gzhung) en y incluant des textes supplémentaires.

Le quatorzième Shamar Rinpoché (Mi pham chos kyi blo gros 1952-) a édité une compilation de textes sur la Mahāmudrā en 1996 à New Delhi sous le tittre "Collection d'instructions sur la Mahāmudrā de sens certain" (nges don phyag rgya chen po'i khrid mdzod). Cette collection compte 13 volumes de textes. Elle reprend les textes de la collection du septième Karmapa, y compris la série de Nakpo Sherdé, et contient des textes supplémentaires. Ils consistent en les traités indiens qui exposent spécifiquement la Mahāmudrā, les Sept Démonstrations (T. sgrub pa sde bdun S. Saptasiddhi-saṅgraha), les Trois Cœurs (T. snying po skor gsum), le Cycle des instructions sur le non-engagement mental (T. yid la mi dyed pa'i chos skor) et de nombreux autres œuvres "qui n'avaient jamais été réunis en une seule collection". L'objectif de cette collection, tel qu'indiqué dans l'introduction, était la préservation de la continuité des instructions et des textes canoniques dans des temps incertains (kaliyuga).

Voici les dix titres de la série de dix textes sur la Mahāmudrā (T. Phyag rgya chen po’i chos bcu), présentés par l'historien Gö (p. 865).

1. do ha mdzod kyi glu --- Dohākośagīti ("People Dohā") toh 2224 -
2. do ha mdzod ces bya ba spyod pa'i glu --- Dohākośa-nāma-caryāgīti ("King Dohā") toh 2263
3. sku'i mdzod 'chi med rdo rje'i glu --- Kāyakoṣāmṛtavajragīti toh 2269
4. gsung gi mdzod 'jam dbyangs rdo rje'i glu --- Vākkoṣarucirasvaravajragīti toh 2270-
5. Thugs kyi mdzod skye med rdo rje'i glu --- Cittakoṣājavajragīti toh 2271
6. sku gsung thugs yid la mi byed pa zhes bya ba --- Kāyavākcittamanasākāra-nāma toh 2272
7. bsgom rim drug pa --- Bhāvanākramaṣaṭka-nāma toh 2299
8. 'phags pa 'da' ka ye shes zhs bya ba theg pa chen po'i mdo --- Ārya-Ātajñāna-nāma-mahāyānasūtra KG n° 122 toh: 4003 (traduit en anglais par Jackson dans l'article cité, une traduction française ainsi que le texte tibétain en wylie sont disponibles ici)
9. rgyud kyi rgyal po rnyog pa med pa zhes bya ba --- Śrī Anāvila-tantrarāja KG n° 414
10. dpal rnyog pa med pa zhes bya ba'i rgyud kyi 'grel pa --- Śrī Anāvilanāma-tantrapañjikā (commentaire du précédent) toh 1204 Auteur gzhon nu zla ba/Candrakumāra

Roger R. Jackson[3] note que les seuls œuvres véritablement canoniques, c'est-à-dire classés comme les paroles du buddha (S. buddhavacana), ce qui comprend les tantras, sont le Ārya-Ātajñāna-nāma-mahāyānasūtra et le Śrī Anāvila-tantrarāja, que la collection du 7ème Karmapa fait figurer en tête de liste, sans doute pour la raison qu'il s'agit de textes canoniques. Jackson remarque que la raison pour laquelle Vajrapāṇi avait inclus ces deux œuvres canoniques dans la série de dix textes canoniques sur la Mahāmudrā était sans doute que son maître, Maitrīpa, leur accordait beaucoup d'importance dans le cadre de ses instructions sur la Mahāmudrā.

***

[1] La seule occurrence que j'ai pu découvrir de ce lieu est celle dans les Annales bleus.
[2] Annales bleus, p. 865
[3] Two Bka’ ’gyur Works in Mahāmudrā Canons: The Ārya-ātajñāna-nāma-mahāyāna-sūtra and the Anāvila-tantra-rāja

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...